La profession

Prévoyance et Retraite des masseurs-kinésithérapeutes

La prévoyance et la retraite chez les masseurs-kinésithérapeutes

 

La CARPIMKO (Caisse d’Assurance Retraite et de Prévoyance des Infirmiers, Masseurs Kinésithérapeutes, pédicures podologues, Orthophonistes et orthoptistes) qui est l'une des 10 sections professionnelles de l'organisation autonome d'assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL). Elle est gérée par un conseil d'administration, élu par ses affiliés et composé de 22 membres.

La CARPIMKO collecte les cotisations de 3 types de couvertures sociales : vieillesse, invalidité et décès

La couverture retraite

 

Il est d’abord important de distinguer l’âge légal de droit à la retraite ET l’âge qui ouvre droit à une pension à taux plein.

En fonction du nombre de trimestres travaillés, partir à la retraite à l’âge légal ne permet pas nécessairement d’obtenir une retraite à taux plein. La durée de cotisation nécessaire pour bénéficier du taux plein progresse en tenant compte de l'évolution de l’espérance de vie. Elle s’échelonne de 160 trimestres (assurés nés avant 1949) à 172 trimestres (assurés nés après 1973). Il existe des dispositifs spécifiques permettant :

  • d’obtenir un droit au taux plein à l’âge légal de départ,
  • un maintien du taux plein à 60 ou 65 ans
  • un départ anticipé pour les assurés handicapés entre 55 et 59 ans
  • d’obtenir une validation de trimestres pour enfants élevés, enfants ou adultes handicapés

Un assuré peut percevoir ses droits à la retraite de base à partir de l'âge légal, sans bénéficier de tous ses trimestres. Néanmoins une décote de 1,25 % par trimestre manquant sera appliquée.

Un assuré peut à l’inverse percevoir une surcote à hauteur de 0,75 % par trimestre supplémentaire cotisé.

 

  • Le régime complémentaire

La retraite complémentaire est accordée à taux plein dans les deux situations suivantes :

  • l’âge de l’assuré selon la génération à laquelle il appartient
  • l’âge légal minimum d’ouverture de droit, si l’assuré justifie d’une durée d’assurance minimale

Vous trouverez dans le tableau ci-dessous l’âge légal minimum d’ouverture de droit, l’âge pour bénéficier de la retraite complémentaire à taux plein et le nombre de trimestres à cotiser. Vous remarquerez que les chiffres sont légèrement différents de ceux présents dans le tableau relatif au régime de retraite de base.

Un assuré peut percevoir ses droits à la retraite complémentaire  à partir de l’âge légal, sans bénéficier de tous ses trimestres. Néanmoins, une décote sera appliquée.

Un assuré peut à l’inverse percevoir une surcote à hauteur de 1,25 % par trimestre civil entier d'ajournement postérieur à l'âge du taux plein dans la limite de 20 trimestres. Pour les générations antérieures au 1er janvier 1956, la majoration ne pourra être accordée qu'au-delà de l'âge du taux plein (soit 65 ans).

Plus d’informations sur le site de la CARPIMKO

 

  • L’avantage social vieillesse

 

Pour bénéficier de la pension liée à l'avantage social vieillesse, il est nécessaire d'avoir :

  • 65 ans sans condition de cessation de l'activité libérale ;
  • Entre 60 et 64 ans avec condition de cessation de toute activité pour inaptitude au travail ;
  • Entre 60 et 64 ans sans condition de cessation de l'activité libérale : par anticipation volontaire, pour les invalides, pour les anciens combattants et prisonniers de guerre, pour les déportés et internés

Le montant de la prestation est calculée par le produit du nombre de points acquis par la valeur du point.

Valeur annuelle du point :

  • Régime de base : 0,5672 € depuis le 1er octobre 2017.
  • Régime complémentaire : 19,60 € au 1er janvier 2018
  • Avantage Social Vieillesse (ASV) : 1,30 € au 1er janvier 2018

 

La prévoyance (invalidité – décès)

 

Couverture invalidité

En cas d’invalidité, plusieurs prestations peuvent être proposées :

  • l’allocation journalière :
    • versement mensuel en cas d’incapacité (partielle ou totale) reconnue
    • du 91ème au 365ème jour d’arrêt
    • au delà : versement d’une rente d’invalidité (partielle ou totale)
  • la rente invalidité partielle :
    • versée mensuellement si incapacité entraînant réduction ⅔ des activités
    • allouée jusqu’à la fin du trimestre suivant le 65ème anniversaire
  • la rente invalidité totale :
    • versée mensuellement si incapacité totale et temporaire
    • allouée jusqu’à la fin du trimestre suivant le 65ème anniversaire
    • si entre 60 et 65 ans : la rente n'est ni attribuée, ni prolongée au-delà du dernier jour du trimestre civil où l'incapacité devient définitive. En effet, l'intéressé peut alors faire valoir ses droits à la retraite. Le bénéfice de la rente d'invalidité totale est incompatible avec l'attribution de la retraite. Cette prestation peut être assortie de majorations. Une incapacité totale d'exercice d'une durée supérieure à six mois peut donner droit à une exonération de cotisations. Il peut être mis fin au versement de la rente invalidité en cas de possibilité de reclassement dans une autre profession que celle d'auxiliaire médical.

Découvrez le montant des prestations sur le site de la CARPIMKO

Couverture décès

La couverture décès, qui permet d’attribuer des prestations aux membres survivant de l’entourage de l’assuré décédé comporte 3 prestations distinctes :

Le capital décès est versé au conjoint survivant, non divorcé, non séparé de droit ou de fait ou, à défaut, dans l'ordre aux enfants à charge ou atteints d'une infirmité ;

  • aux descendants à charge ou atteints d'une infirmité ;
  • aux ascendants à charge.

Si aucun ayant droit ne peut être considéré comme à charge, il est versé, dans l'ordre :

  • aux enfants ;
  • aux descendants ;
  • aux ascendants.

La rente de survie est versée mensuellement, à terme échu, au conjoint survivant, non divorcé ou non séparé de droit ou de fait (2 ans minimum de mariage, sauf si un enfant en est issu ou en cas de décès accidentel). En cas de remariage, elle est supprimée.

  • Servie jusqu’au dernier jour du trimestre civil suivant le 65e anniversaire (ou 60e en cas d'inaptitude au travail). Le conjoint peut alors faire valoir ses droits à la pension de réversion. Le montant de la rente survie est, le cas échéant, minoré du montant de la pension de réversion du régime de base servie au conjoint survivant.

La rente éducation est versée mensuellement, à terme échu, à chaque descendant de moins de 18 ans à charge de l'affilié.

  • Maintenue s’il poursuit ses études au delà de 18 ans (jusqu’à 25 ans) et si l'enfant avait un lien de dépendance économique avec l'assuré qui en avait la charge.
  • Prolongée après 25 ans s’il est atteint d'une infirmité l'empêchant d'avoir un travail rémunérateur.

Découvrez le montant des prestations sur le site de la CARPIMKO

 Pour des informations complémentaires sur la prévoyance et la retraite complémentaire, consultez notre article « Installation et formalités »

Prendre sa retraite 

 

Etape 1 : Demandez à la CARPIMKO un récapitulatif de carrière, au moins 6 mois avant votre départ, avec une évaluation du montant de votre retraite.

Vous voulez prendre sa retraite : ce qui vous attend. En fonction des montants annoncés, des plans complémentaires retraites extérieurs à la CARPIMKO que vous aurez pu mettre en place et de vos besoins propres, vous pourrez prendre alors une décision éclairée sur la meilleure solution pour passer d’un revenu d’activité à un revenu de remplacement qui vous permette d’aborder avec sérénité votre futur statut de retraité.

Etape 2 : faire la déclaration de cessation d’activité ainsi qu’une demande de liquidation de la pension.

Attention ne pas confondre « cesser son activité » (ne plus exercer) et « liquider sa retraite » (toucher la pension correspondant à votre retraite). La radiation prend effet le premier jour du trimestre civil qui suit la fin de l’activité libérale, l’allocation retraite est versée à terme échu, les pensions étant mensualisées depuis janvier 2007.

Etape 3 : contactez l’ensemble des autres organismes de votre cessation d’activité :

  • Conseil Départemental de l’Ordre de votre département d’exercice
  • Caisse Primaire d’Assurance Maladie auprès de laquelle vous êtes conventionné
  • Centre des impôts dont dépend le cabinet pour effectuer une déclaration 2035 de cessation d’activité
  • Centre de formalités de l’URSSAF
  • Association de gestion agréée (AGA)
  • Pensez également à résilier l’ensemble des contrats relatifs à votre exercice professionnel : RCP, PJP, maintenance informatique…

Cumul emploi retraite

Les retraités peuvent poursuivre une activité libérale, sans condition particulière pour le régime complémentaire et celle des praticiens conventionné et pour le régime de base, à condition que le bénéfice tiré de cette activité n’excède pas le plafond annuel de la sécurité sociale.

Toutes les cotisations sociales et de retraite seront dues sur le montant des recettes, sans toutefois attribuer de points pour les régimes liquidés. En pratique, en cas de dépassement le versement de la pension est suspendu pendant une durée égale à la durée du dépassement.
Lorsque le cumul emploi-retraite intervient sans interruption avec l’activité, seules les démarches auprès de la caisse de retraite sont à effectuer. Sinon, après avoir procédé à toutes les formalités de radiation, il faudra se réinscrire.

Notre projet

Découvrez toutes nos
propositions

En savoir plus

Nous rejoindre

Adhérer au SNMKR pour
faire avancer la profession

En savoir plus