La profession

Formation continue

La formation continue pour les kinésithérapeutes

 

La formation continue est obligatoire pour les kinésithérapeutes depuis 2004, et intégrée dans le code de déontologie. Elle a pour finalité le perfectionnement des connaissances et l’amélioration de la qualité des soins. L’obligation de formation est satisfaite notamment par tout moyen permettant d’évaluer les compétences et les pratiques professionnelles.

La formation continue des MK libéraux peut se décliner sous 3 formes :  

  • Dans le cadre du Développement Professionnel Continu, obligatoire, où le choix des thématiques prises en charges est encadré
  • Dans le cadre du FIF-PL, où le choix des thématiques est également encadré
  • Ou libre, sans remboursement possible quel qu’il soit, où le professionnel est totalement maître du choix du thème.

Les charges inhérentes (stage, déplacement, hébergement…) sont intégralement déductibles en frais professionnels et le remboursement éventuel FIF-PL ou DPC est à inclure dans les recettes (ventilé en « Autres recettes »), sous réserve que le contenu du stage soit en rapport avec les compétences du kinésithérapeutes, ou l’environnement de l’activité.

Le développement professionnel continu

 

Le développement professionnel continu (DPC) est un dispositif de formation créé par la loi HPST (2009), puis adapté suite à la dernière loi (2016). Il fait suite au dispositif de formation continue conventionnelle (FCC). Effectif depuis le 1er janvier 2013, le DPC est une obligation pour les professionnels de santé, qui doit justifier sur une période de 3 ans, de sa participation à au moins 2 types d’actions de DPC parmi :

  • La formation continue
  • L’évaluation des pratiques professionnelles
  • La gestion des risques

 

L'Agence Nationale du Développement Professionnel Continu (ANDPC) assure le pilotage et contribue à la gestion financière du dispositif de DPC pour l'ensemble des professionnels de santé. Elle met à disposition des professionnels de santé l’offre de DPC composée d’actions et de programmes. Chaque professionnel doit créer son compte DPC sur le site internet de l’ANDPC. Pour les libéraux, les conditions financières classiques sont les suivantes :

  • Prise en charge d'1 programme de DPC / professionnel / an
  • Indemnisation pour perte d'activité versée aux stagiaires à 33 €/h à partir de 3 h de formation, dans la limite de 14 heures. 

Évaluation des pratiques professionnelles

L’évaluation des pratiques professionnelles constitue une obligation, au même titre que la formation continue. Il ne s’agit pas de l’évaluation du kinésithérapeute, mais d’une démarche individuelle, visant à améliorer ses propres pratiques professionnelles, et ce afin de promouvoir la qualité, la sécurité, l’efficacité et l’efficience des soins que nous délivrons tous les jours à nos patients.
L’EPP et la formation continue agissent dans le même sens :

  • L’EPP permet de se référer dans sa pratique à des standards, des indicateurs, des recommandations définis préalablement.
  • La formation continue permet d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences dans une approche pédagogique.

Le but de cette démarche est de provoquer chez le professionnel l’auto questionnement, l’analyse critique et la comparaison de son activité au regard des recommandations professionnelles existantes. De cette analyse doit résulter une amélioration des pratiques qui n’est pas, contrairement à ce qui est souvent dit, uniquement au bénéfice du service rendu au patient mais aussi au bénéfice du masseur-kinésithérapeute qui voit son exercice professionnel revalorisé dans sa qualité.

Cette EPP est organisée par le Conseil Régional de l’Ordre des Masseurs Kinésithérapeutes.

 

Il organise et participe à des actions d’évaluation des pratiques de ces professionnels, en liaison avec le conseil national de l’ordre et avec la Haute Autorité de santé (HAS). Dans ce cadre, le conseil régional a recours à des professionnels habilités à cet effet par le conseil national de l’ordre sur proposition de la HAS. La HAS participe à ces actions de plusieurs façons :

  • Élaborer les guides de bon usage des soins ou les recommandations de bonne pratique, procéder à leur diffusion et contribuer à l’information des professionnels de santé et du public dans ces domaines ;
  • Établir et mettre en œuvre des procédures d’évaluation des pratiques professionnelles et d’accréditation des professionnels et des équipes médicales

Fond Interprofessionnel de Formation des Professions Libérales (FIF-PL)

 

Le Fond Interprofessionnel de Formation des Professions Libérales (FIF-PL) est un fond de formation créé en 1993 à l’initiative de l’UNAPL (Union Nationale des Professions Libérales) et des organisations professionnelles adhérentes.

Le FIF-PL est financé par les cotisations URSSAF des travailleurs indépendants et professionnels libéraux à travers la contribution à la formation professionnelle (CFP), dont le taux est à 0,25 % du plafond annuel de la sécurité sociale (101 € en 2019).

Le montant de la prise en charge et le nombre maximum de jours de prise en charge sont fixés tous les ans par le FIF-PL. Pour l’année 2019, la prise en charge se fait au coût réel plafonnée à 300 € par jour et limitée à 900 € par an et par professionnel.

 

Pour obtenir une prise en charge :

  • adressez une demande au FIF-PL avant le 1er jour du stage, accompagnée du devis et du programme fourni par l’organisme de Formation et de l’attestation URSSAF de versement de la contribution à la formation professionnelle et d’un RIB ;
  • dès la fin du stage adressez au FIFPL la facture acquittée et l’attestation de présence fournies par l’organisme de formation.

Les thèmes de formation sont diversifiées en fonction des professions. Ce sont les organisations syndicales étudient et arrêtent chaque année des critères (thèmes et montants) de prise en charge spécifiques à leur profession.

Notre projet

Découvrez toutes nos
propositions

En savoir plus

Nous rejoindre

Adhérer au SNMKR pour
faire avancer la profession

En savoir plus